Téléphone

04 81 11 78 70

Renseignement

Besoin de renseignement ? Nous vous recontactons

04 81 11 78 70

Légende

supervisé par notre cabinet d’avocats

Michael Juret, amoureux de sa région, nous propose une petite sélection des plus beaux châteaux de la Loire à visiter autour d’Angers.

Le château d’Angers

Le château d’Angers a des dimensions impressionnantes, sans parler de son architecture atypique que l’on n’a pas l’habitude de voir. C’est la demeure des ducs d’Angers. Sa construction débuta au XIIIème siècle et s’acheva au XVIème siècle. Il est classé monument historique.

Nous vous conseillons de visiter la porte des Champs qui est la plus spectaculaire. Les jardins-fossés sont aussi très agréable à observer, notamment du haut des tours. Dans l’enceinte de l’édifice, vous pouvez admirer la grande salle, le logis royal ainsi que la chapelle royale, la galerie du Roi René, le châtelet, le logis du gouverneur et la galerie de l’Apocalypse.

Visiter le château d’Angers, c’est faire un voyage dans le temps : de l’Antiquité, jusqu’à nos jours.

Le château de Saumur

Non loin d’Angers, le château de Saumur surplombe les horizons depuis sa colline. Cette forteresse a été construite entre le Xème et le XVI siècle. Il est aussi classé monument historique.

Cet édifice fait directement penser aux châteaux des contes de fée. C’est donc un véritable plaisir de le visiter. Prouesse architecturale, le château de Saumur dispose d’un escalier à double révolution. A noter qu’il a été construit bien avant les travaux de Léonard de Vinci sur le sujet. Il permettait aux nobles et aux serviteurs d’emprunter le même escalier sans jamais se croiser.

Le château de Brissac

Le château de Brissac a été construit entre le XIème et le XVIème siècle. Depuis le début du XVIème siècle, les ducs de Brissac y ont élu domicile. Situé à seulement 15 kilomètres d’Angers, il est également classé monument historique.

Il est reconnu dans le monde entier comme étant le plus haut château royal jamais construit. Il s’élève sur 7 étages et comporte 204 pièces. Le château de Brissac est ouvert au public. Les visiteurs peuvent admirer l’architecture de l’époque et sentir encore la présence des générations qui se sont succédées au sein de l’édifice. Ils peuvent admirer les chambres reconstituées dans le style d’antan, la salle d’opéra de 200 places pour terminer par la visite des caves du château avec une dégustation des vin d’Anjou, bien évidemment.

Enfin, le château de Brissac accueille des évènements tout au long de l’année : le festival Fashion Flower au printemps qui est une compétition de fleuristes, la chasse aux œufs du dimanche de Pâques et le marché de Noël à l’intérieur du château.

Téléphone

04 81 11 78 70

Renseignement

Besoin de renseignement ? Nous vous recontactons

04 81 11 78 70

Légende

supervisé par notre cabinet d’avocats

Mathieu Dacheville est le petit-fils d’un entrepreneur savoyard. Il a fondé en 2014, avec deux amis déjà gérants de plusieurs établissements à Paris, le concept des « Fondus de la Raclette ». L’idée lui est venue lorsqu’il cherchait des restaurant parisien de qualité dans lesquels il désirait retrouver les produits typiques de sa région.

Après dix ans d’effort, le restaurateur a su imposer son concept avec trois adresses à Paris dans le 11e, le 14e et le 18e arrondissement. Le groupe rentre dans une nouvelle ère avec l’ouverture de son premier restaurant à Bruxelles en Belgique. Il compte bien ne pas s’arrêter ici et souhaite développer le concept afin d’offrir des bistrots Savoyards dignes de ce nom à toute l’Europe.

Mathieu Dacheville : son parcours

Ce jeune entrepreneur est né le 25 juillet 1982 d’un père chef en bâtiment. Il a fait ses études à l’EFAP (école des métiers de la communication) de Paris car il désirait faire carrière dans le marketing. Son destin l’a cependant conduit vers la restauration. Après avoir fait ses preuves dans de prestigieux restaurants à Paris, il travaille aujourd’hui à son propre compte.

Il a commencé sa carrière en tant que Chef de rang dans un célèbre restaurant de Paris, l’Auberge Bressane. Il a, ensuite, été Directeur du Chalet de l’Oasis, situé dans le Parc de Saint-Cloud. A 27 ans, il dirigeait déjà une équipe de 20 personnes. En 2009, il quitte le Chalet de l’Oasis et ouvre son propre restaurant, le Bistrot du Palais qui met en valeur les produits du sud-ouest. Deux ans plus tard, le jeune entrepreneur ouvre un autre restaurant, le Sept Quinze, qui propose des plats transalpins.

Alors qu’il travaille dans le Sept Quinze, il se rend compte que le public préfère les restaurants à thème. Après une étude de marché, il constate que le bistrot savoyard est riche mais très peu exploité. Il décide donc d’ouvrir les « Fondus de la Raclette ».

Un concept unique

Concept unique à Paris, « Les Fondus de la Raclette » est un restaurant savoyard qui propose des plats typiques de la région, dans un décor qui rappelle les chalets en bois de montagne. Ce cadre original permet de faire revivre aux clients l’ambiance chaleureuse des vacances d’hiver sans même quitter la capitale. De plus, les tables sont en pierre et des grills y sont intégrés pour que les clients puissent cuire eux-mêmes leurs raclettes, leurs brasérades et leurs fondues. La convivialité est donc au rendez-vous.

Le restaurant tient aussi à proposer uniquement des produits frais de qualité (fromages, viandes, charcuteries et légumes) afin d’élaborer les meilleurs plats sur place. L’endroit dispose d’une large carte de plats, en plus des fondues et des raclettes, il propose d’autres spécialités : salades, tartines, tartare, carpaccio et burgers.

Pour finir les restaurants de Mathieu Dacheville sont associés à de vrais artisans du goût tels que les Salaisons du Mont Charvin (saucissons et charcuteries savoyardes), la Coopérative fruitière du Val d’Arly (fromages savoyards), Jean Perrier et Fils (vins de Savoie), la brasserie du Mont Blanc (bières) et les Glaces des Alpes.

Téléphone

04 81 11 78 70

Renseignement

Besoin de renseignement ? Nous vous recontactons

04 81 11 78 70

Légende

supervisé par notre cabinet d’avocats

Faire appel à un avocat est devenu un réflexe si fréquent lorsque l’on est face à un problème judiciaire ou victime d’un contentieux que l’expression « prendre un avocat » est parfaitement rentrée dans le langage courant. Mais prendre un huissier ? Cette profession est hélas méconnue du grand public, alors qu’elle peut désormais largement aider les particuliers.

L’huissier, ce champion des situations délicates

Contrairement à l’avocat, le rôle de l’huissier n’a pas pour vocation de porter une affaire devant les tribunaux, bien au contraire. Servant souvent de garant pour les contrats ou les transactions, il s’assure du bon déroulé de nombreux événements, de la conformité de certaines situations et conseille ses clients pour trouver les solutions adaptées aux problèmes. Il œuvre autant que possible pour que les différends soient réglés à l’amiable, ce qui en fait le meilleur allié que l’on puisse obtenir pour régler des questions familiales, et en particulier les dettes familiales. Ces situations sont bien plus communes que l’on peut le penser, et y faire face est extrêmement difficile, puisqu’elles mènent à des conflits et représentent le plus souvent un poison pour les différentes relations. Pour éviter la catastrophe et s’assurer que tout soit effectué dans les règles, un huissier de justice est le professionnel le plus approprié pour surmonter ce genre de situations. De nombreux cabinets ont pris conscience de la situation et se sont formés pour ce genre de situation, comme la SELARL Véronique Monnet.

Ce genre d’équipe d’huissiers a une très bonne expérience en réalisation de constat aussi bien qu’en conseil pour les recouvrements à l’amiable. Il faut savoir que la présence d’un huissier a généralement un effet très positif pour calmer les esprits et pousser le débiteur à procéder au paiement de sa dette, c’est pour cette raison que se renseigner sur les missions offertes par les huissiers continue déjà un très bon premier pas vers la récupération de son argent ou de son bien. Mais si la discussion ne suffit pas, l’huissier va utiliser des procédés juridiques de plus en plus sévères, cherchant toujours à privilégier l’échange et le dialogue. En premier lieu, il effectue alors une sommation à payer, mais si cette mesure ne suffit pas, il passera par un recouvrement judiciaire, ce qui fait passer la mesure de sommation à payer à un commandement de payer. L’ultime avantage de l’huissier, c’est qu’il est externe à la famille : il se présente donc comme une personnalité neutre, prouve que sa démarche est justifiée et rend tout ce processus moins pénible pour la famille.

Le métier d’huissier change, les professionnels s’adaptent

L’arrivée d’Internet a causé des changements pour tout le monde, en particulier dans les relations entre les personnes et dans la manière que la justice a d’appréhender ces questions. Dans les avantages évidents, on peut citer la connexion facilitée entre particuliers et professionnels, une option qu’apprécie grandement le cabinet Véronique Monnet, car il peut informer de manière efficace les personnes extérieures au secteur, fournir aisément la grille des tarifs et permettre à chacun d’avoir toutes les précisions sans avoir à se déplacer. Mais dans les nouvelles difficultés, on peut citer la e-réputation, mise à mal par la diffamation et le harcèlement.

Les conséquences peuvent être particulièrement lourde, entre les données privées rendues publiques qui peuvent amener à des agressions physiques, la pression permanente qui cause de sévères dommages psychologiques et la réputation d’une entreprise qui peut avoir des répercussions sur le chiffre d’affaire. Pour faire face à ces questions, les huissiers peuvent prodiguer de multiples conseils, et surtout attester de l’existence de la problématique. Tout peut compter, du web aux sms ou aux messages vocaux, mais c’est l’huissier qui va rendre la preuve crédible devant la justice.

De plus, le métier a connu des évolutions récentes, notamment avec la loi Macron, votée en 2015 et donc l’application a débutée janvier 2015. En effet, cette loi a changé le champ géographique dans lequel les huissiers peuvent opérer, car les limites entre les personnes concernées par les problèmes, par exemple le débiteur et son créancier, ne sont plus administratives. Il est donc possible pour les huissiers d’agir sans tenir compte de la limite départementale ou régionale, ce qui a augmenté leur champ d’action et donc leur efficacité.